Montpellier
Conseil en immobilier d'entreprise
Bureaux - Locaux d'activité - Entrepôts - Commerces - Terrains
Etude de marché 2019 - Edition 2020

Consultez notre dernière étude de marché afin de connaître les tendances du marché de l'immobilier d'entreprise de Montpellier et son agglomération. 

 

Pour en savoir plus, cliquez ICI

 

 

Surface : 1 740 m²
Réf. : 878231-0

Situé dans le coeur historique de Montpellier Rue Du Guesclin, à côté du centre commercial du Polygone.Le programme contiendra : - une résidence étudiante composée de 170 logements - 6 cellules commerciales d'une superficie allant de 116 m² à 520 m² - un local service situé au R+1 de la proue Nord - une résidence de 31 logements sociaux sur 3 niveaux - un parking de 93 places sur deux niveaux RDC et R+1 dont 8 parkings au R+1 dédiés aux commerces
Votre contact
Michel
PEINADO


Surface : 3 898 m²
Réf. : 839803-0V

ZAC Parc 2000 Extension 2,VEFA d'un bâtiment mixte d'activités, d'une surface totale d'environ 3.900 m2, composé de :- plusieurs lots de bureaux à partir de 84 m2, livrés aménagés,- plusieurs lots de locaux d'activités à partir de 124 m2.
Votre contact
Guillaume
GRANIER


Surface : 2 248 m²
Réf. : 899660-0L

A louer, Local d'activité et loisirs, d'une surface de 2.248 m2
Votre contact
Guillaume
GRANIER


Surface : 649 m²
Réf. : 861202-0L

A louer, Sur une parcelle de 1.596 m2 clôturée,Locaux d'activités non divisibles d'une surface d'environ 649 m2, dans un bâtiment indépendant, composés de : - Lot 1 : 328 m2 d'ateliers et 80 m2 de bureaux en R+1- Lot 2 : 241 m2 d'ateliers et entrepôt, et 70 m2 de bureaux en mezzanine (non comptabilisés dans la surface globale)
Votre contact
Aurore
JAMELOT


Surface : 443 m²
Réf. : 660267-0L

Sur le rond point du Grand M offrant une excellente visibilité, proche du centre ville et de la sortie ouest de A709.Dans un immeuble de bureaux datant de 2006 développant 2 553 m2 en R+4, avec parkings privatifs en sous-sol.
Votre contact
Aurélie
GUESNE


Surface : 74 m²
Réf. : 847826-0V

A vendre bureaux situés au sein d'un nouveau programme immobilier à l'angle d'une Avenue à fort passage au Sud-Ouest de Montpellier.
Votre contact
Antoine
TIRARD


Surface : 524 m²
Réf. : 914403-0L

Local commercial d'une surface totale de 524 m2 dont 289 m2 en RDC et 235 m2 en étage situé en zone commerciale aux portes de Montpellier, secteur Lattes.Excellente visibilité sur un axe à fort flux.
Votre contact
Clément
FABRE


Surface : 366 m²
Réf. : 912288-0L

A proximité directe de la gare St-Roch, local indépendant de 366 m² à louer.
Votre contact
Aurélie
CLOT


Surface : 1 658 m²
Réf. : 783766-0L

Idéalement situé, dans le quartier des Grisettes à l'angle de l'Avenue du Colonel Pavelet et de la rue Mehul, face à la clinique Saint Roch, le bâtiment Néos II est un immeuble tertiaire composé de bureaux et commerces.
Votre contact
Antoine
GHYSELEN


Surface : 930 m²
Réf. : 907098-0L

A louer, Local d'activité d'une surface de 930 m2.
Votre contact
Guillaume
GRANIER


Surface : 810 m²
Réf. : 907888-0L

A louer, Local d'activité d'une surface d'environ 810 m2 dans un bâtiment multi-utilisateurs, composé de : - 510 m2 d'atelier,- 250 m2 de bureaux en RDC,- 50 m2 de mezzanine.
Votre contact
Aurore
JAMELOT


Surface : 57 m²
Réf. : 908399-0

A Castelnau le Lez, en bordure de la RN 113, cession de bail d'un local commercial de 57 m2.
Votre contact
Nicolas
GONZALEZ


Surface : 3 732 m²
Réf. : 882283-0

Situé à l'Est de Montpellier, le parc Eurêka a pour vocation d'accueillir les entreprises du tertiaire, des technologies de l'information et de la communication, de l'informatique et des services.Sur l'extension du quartier d'affaires Eurêka, immeuble en cours de construction de 3 732,80 m2 de bureaux en R+2 sur une parcelle de 3 790 m2.
Votre contact
Aurélie
GUESNE


Surface : 60 m²
Réf. : 771295-0L

Au Parc Club du Millénaire, dans un immeuble rénové, bureaux de 60m² à louer au RDC.
Votre contact
Antoine
TIRARD


Surface : 1 424 m²
Réf. : 850465-0L

A louer, Un bâtiment d'activité indépendant d'une surface de 1.424 m² sur une parcelle de 3.043 m².
Votre contact
Guillaume
GRANIER


Surface : 1 260 m²
Réf. : 892950-0L

A louer, Local commercial ou local d'activité d'une surface de 1.260 m2, dans un bâtiment individuel et sur une parcelle de 3.024 m2 clôturée.
Votre contact
Aurore
JAMELOT


ZOOM By AL

Découvrez notre 1er semestriel "ZOOM by AL" qui a pour objet principal de vous présenter nos derniers biens rentrés sur Montpellier et Nîmes et leurs environs, un point marché bref, quelques news.

Cliquez pour le lire

Surface : 657 m²
Réf. : 875392-0V

A vendre local commercial situé au sein d'un bâtiment historique en cours de rénovation sur un des principaux axes du centre historique de Montpellier.
Votre contact
Clément
FABRE


Surface : 985 m²
Réf. : 647151-0L

Sur un axe pénétrant ouest de la ville, bureaux à louer avec ascenseur, parking souterrain et une bonne visibilité.
Votre contact
Antoine
GHYSELEN


Surface : 186 m²
Réf. : 650689-0L

Dans le Parc Club du Millénaire, parc tertiaire de plusieurs hectares dans un esprit campus, bureaux de 186 m² à louer au rez-de-chaussée.
Votre contact
Aurélie
CLOT


Surface : 68 m²
Réf. : 812962-0

Cession de bail d'un local commercial de 68 m2 situé en emplacement n°1 à proximité d'enseignes haut de gamme
Votre contact
Clément
FABRE


L'Oeil - Edition 2020

Retrouvez notre magazine "L'Oeil".

Des articles sur des sujets touchants nos départements du Gard et de l'Hérault et une sélection d'offres bureaux, locaux d'activités, foncier et commerces.

Découvrir L'OEIL

 

Recherche de biens
m² à
dans un rayon de
Km

Nos actualités

Politique RSE, achats responsables, accélération des innovations : le ‘monde d’après’ selon Hind Emad
Un accélérateur d’innovations. Ce sera l’une des conséquences de l’épidémie du Covid 19, selon Hind Emad, vice-présidente du Montpellier Méditerranée Métropole déléguée au développement économique et au numérique, interrogée par Arthur Loyd sur sa perception du ‘monde d’après’. « Les transports aériens, ferroviaires ou maritimes vont déployer plus tôt que prévu leurs innovations. D’ici 3 à 5 ans, nous allons assister à des avancées technologiques multiples dans ces domaines », confie-t-elle. Elle espère aussi que l’on « tirera conscience collectivement les leçons de l’épidémie et des confinements, en changeant nos modes de consommation, en remettant en question les habitudes consommatrices d’énergie, pour que l’urgence climatique soit l’affaire de notre génération, et pas celle de la génération d’après ».Achats responsables et accompagnement des TPE vers la RSEÀ l’échelle de la métropole de Montpellier, Hind Emad entend favoriser les achats responsables. « Cette démarche favorisera l’économique locale, renforcera notre visibilité et notre attractivité, et fera émerger des filières souveraines sur le territoire », insiste-t-elle. L’épidémie de Covid-19 va, selon elle, faire évoluer les mentalités vers les responsabilités sociétales et environnementales. « Le niveau d’individualisme nous a poussés à mal consommer, à mal percevoir l’autre, et je dis cela en m’appuyant sur mes autres cultures, qui ont préservé le lien social (Hind Emad est d’origine irakienne et algérienne, note). Il y a nécessité à agir sur les usages par les clients, sur le handicap, l’entraide, le traitement des incivilités. Pour ces évolutions, les acteurs économiques peuvent prendre leur part de responsabilités, en termes de stratégie, de productions, pour générer un impact social et environnemental positif. La recherche d’impact et les messages font partie des missions des entreprises. »Les appels d’offres de la métropole vont ainsi inclure des critères RSE forts. En contrepartie, « les TPE seront accompagnées dans leur stratégie RSE, comme le fait déjà le Business Innovation Center avec les start-up. Ce sera une façon pour Montpellier de se distinguer par rapport à d’autres métropoles. Le point de départ de la RSE est local, c’est le bon espace pour favoriser les expérimentations, et pour accompagner des politiques de déploiement de RSE. » Un plan va être mis en œuvre pour « pousser les entreprises à agir » en ce sens. Les entreprises locales, souvent des PME, « ont la bonne taille pour s’adapter rapidement à ce monde d’après. Jouons sur la force d’innovation des entreprises d’ici. D’autant plus qu’elles sont bienveillantes entre elles ».Favoriser les studios de productionLa dirigeante de Faciligo (application facilitant les déplacements des personnes handicapées, dépendantes et/ou âgées) veut par ailleurs pousser les feux sur la filière son, industrie culturelle et créative qui se déploie au sein de la Cité Créative (ex-EAI), et qui incarne l’entrée de plain-pied dans le monde d’après. « Aujourd’hui, la métropole compte 70 studios de production numérique spécialisés dans le son, l’image et la publicité : Netia, Ubisoft, Isotropix, Dwarf Labs, tout récemment l’implantation de Fortiche Production… En tout, cette filière représente 2.000 emplois ! » Autre axe de développement, la filière smart city, « un sas pour expérimenter des innovations et mettre en avant la capacité créatrice du territoire ». Cette filière smart city va d’ailleurs être explorée tout au long du premier semestre, avec un cycle de conférences sur la smart home et la smart building, coorganisées par Midi Libre et la Smart Buildings Alliance.Pas de monde d’après sans 5GHind Emad ne voit « pas de difficulté » au déploiement de la 5G dans la métropole. « Nous allons autoriser le déploiement des premières phases. Cette technologie va dans le sens de l’innovation numérique et des nouveaux usages », glisse-t-elle. Du côté de la place des femmes dans l’entrepreneuriat, elle rappelle que seulement 6 % des entreprises du numérique sont dirigées par des femmes. « En tant que co-dirigeante de Faciligo, j’étais souvent la seule femme dans les réunions avec des clients, des collectivités… D’autant plus que l’application est dédiée au secteur des transports, un univers plutôt masculin ! », explique-t-elle. Mais la filière « commence à changer. La montée en puissance de la création graphique, souvent prisée par les femmes, casse les barrières. L’image de la filière se féminise. » 
Baromètre 2020 sur l'attractivité des métropoles françaises
Arthur Loyd a le plaisir de divulguer sa 4ème édition du baromètre de l'attractivité des métropoles françaises.Montpellier se hisse à la 3ème place du podium !Plus d'infos, LE BAROMETRE
Impremium déménage à Montpellier
Depuis 1969, le groupe Impremium est spécialisé dans l’impression offset numérique et la signalétique. Implanté dans le sud de la France, le groupe est né en 2008 de l’acquisition de plusieurs agences locales du secteur. Aujourd’hui équipé d’outils de production dernière génération, capable de couvrir toute la chaîne graphique, Impremium a 2 agences à Marseille et à Montpellier. Dotée du Label Imprim’Vert dès 2008, le groupe s’investit dans la préservation de l’environnement.Afin de poursuivre son développement dans le e-commerce consacré aux arts graphiques, sous sa nouvelle marque Impremium Digital, Impremium loue un local d’activité de 200 m2 à Montpellier.Le site IMPREMIUM
Bienvenue à Expert Habitat
Expert Habitat est spécialisée dans les diagnostics thermiques, électriques, parasitaires et d’étanchéité. Cette entreprise certifiée « Qualibat » est présente dans 6 villes françaises. Expert Habitat avait besoin d’un entrepôt de stockage plus grand aux alentours de Montpellier. Nous leur souhaitons une bonne installation.Le site EXPERT HABITAT
Foncier d’activité : la métropole de Montpellier va miser sur le réinvestissement
Nombre d’acteurs économiques de la métropole de Montpellier relèvent un manque crucial de foncier d’activité et d’offre tertiaire. Un handicap, pour attirer des entreprises, ou accompagner des projets d’entreprises déjà installées ici, et en croissance. Le nouveau maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, Michaël Delafosse, ne lancera pas d’aménagement de nouvelles zones d’activités. Priorité est donnée au réinvestissement de zones déjà aménagées. « Nous aurons une démarche de réinvestissement de l’ensemble des zones, en densifiant et en optimisant les espaces », confirme Hind Emad. Comme en atteste l’abandon du projet commercial et de loisirs porté par l’opérateur Frey à Pérols. Une promesse de campagne que Delafosse compte tenir. Pour accompagner les acteurs économiques, ceux du territoire et ceux qui veulent s’implanter dans la métropole, l’actuel schéma d’accueil des entreprises (SAE) sera adapté « et son nom va changer », précise-t-elle. Les entreprises seront questionnées sur leurs besoins, ainsi que les brokers sur leur analyse du marché, « pour proposer à nouveau de l’offre ».Une coopération plus étroite avec les agglomérations voisines va être développée, notamment à travers la future agence de développement économique, présidée par l’ex-candidat LR/UDI aux municipales, Alex Larue. L’idée est d’utiliser du foncier disponible, dans des agglomérations proches de Montpellier, pour y implanter des entreprises voulant initialement s’implanter dans l’aire métropolitaine, mais s’étant heurtées à des difficultés foncières. « Dans ces cas-là, des contreparties seront fixées entre l’agglomération concernée et Montpellier Méditerranée Métropole », indique Hind Emad.Cambacérès, Med Vallée : les principales zones fléchéesÀ l’échelle de la métropole, quelques zones d’activité sont d’ores et déjà fléchées économique dans les six prochaines années : « Cambacérès (gare TGV Montpellier Sud de France) au sud, Med Vallée (santé de demain et pathologies émergeantes) au nord, Restinclières à l’est, et enfin, la zone de la Lauze, à l’ouest, à Saint-Jean-de-Védas », indique Hind Emad. En hypercentre de Montpellier, le secteur Pagézy devrait être requalifié pour y développer une offre tertiaire neuve, qui fait défaut en ville, à l’exception des programmes en cours au Nouveau Saint-Roch. Dans cette zone Pagézy, l’ancien hôtel de ville, qui abrite aujourd’hui des start-up de la French Tech Méditerranée, devrait être démoli.L’élue entend présenter une feuille de route précise « début 2021 ». Celle-ci devrait pousser les feux dans différents secteurs jugés porteurs : « gestion des risques, mobilité, énergie, santé, habitat de demain ou culture », détaille Hind Emad, elle-même dirigeante d’entreprise (Faciligo, application facilitant les déplacements des personnes handicapées, dépendantes et/ou âgées).
Baromètre 2019 - Zoom sur Montpellier
En attendant le baromètre Arthur Loyd 2020 qui est en cours d'élaboration, retrouvez un zoom sur les points positifs et d'amélioration de Montpellier.Baromètre 2019 - Zoom Montpellier
Vitalfit en pleine expansion
VITALFIT est spécialisée dans la vente de matériels et appareils de cardio, musculation et fitness avec des livraisons dans toute la France.Dans le cadre de son expansion, VITALFIT avait besoin d’un entrepôt pour avoir une plus grande capacité de stockage et quelques bureaux plus spacieux.Arthur Loyd a répondu au cahier des charges et remercie VITALFIT de sa confiance.Découvrez le site VITALFIT
Avec le Covid, des habitudes de mobilité profondément bouleversées
D’après une récente enquête de l’Institut pour la Transition Énergétique Vedecom, la situation sanitaire va relancer le marché de la voiture individuelle et booster la mobilité en location. À Montpellier, la métropole lance la gratuité de son réseau en transport en commun pour les résidents, d’abord le week-end. Dégradation de la qualité de l’air dans les métropoles, épidémie de Covid, nouvelles mobilités : le paysage des déplacements urbains connaît des mutations profondes. Réalisée auprès d’un panel d’usagers et d’experts en mobilité sur leurs habitudes de déplacement, l'Institut pour la Transition Énergétique (ITE) Vedecom* dévoile à ce sujet les résultats édifiants de son enquête d’opinion « Le Covid-19 et la mobilité ». Pour une très large majorité des experts de la mobilité interrogés (constructeurs, équipementiers, assureurs, start-up mobilité, gestionnaires, offreurs de service, etc.) soit 75 %, la situation sanitaire va « durablement modifier » les habitudes de déplacement de la population. 62 % pensent que cette crise va relancer le marché de la voiture individuelle. En parallèle, 75 % estiment que le marché de la mobilité en location, de type deux roues motorisés, vélos ou trottinettes en libre-service, va se développer mais avec une accélération de la réduction des solutions de mobilité partagée présentes sur le marché.En effet, 68 % des experts indiquent qu’il faut s'attendre à une réduction du nombre d'acteurs du covoiturage et de l’autopartage au profit de la voiture individuelle ces prochains mois. Pour 72 % d’entre eux, le Covid-19 représente un levier d’innovation pour la mobilité en général et 77 % pour les transports en commun.Côté usagers, des contraintes horaires mieux acceptéesCôté usagers, pour des raisons sanitaires, 60 % des personnes interrogées accepteraient que l'on impose des contraintes horaires pour les déplacements domicile-activité afin de limiter le nombre de personnes sur la route ou dans les transports en commun. L’acceptation des contraintes est encore élevée (46 %), lorsqu’il s’agit d’imposer des modes de déplacement (transport en commun, vélo, marche à pied) pour ce même type de trajet.Durant le confinement, 72% des personnes interrogées ont trouvé le télétravail agréable. Mais seulement 30 % des salariés en télétravail pendant le confinement se sentent capables de continuer à exercer sous cette forme à 100 % en période normale.Montpellier expérimente la gratuité des transports en communMontpellier, Martigues, Lille, Narbonne, Bourges, Millau, Paris… En tout, 18 collectivités françaises comptent expérimenter, lors du mandat qui s'ouvre, la gratuité (d'abord partielle) de leur réseau de transport en commun. Des mesures dont l'annonce a même marqué le lancement de campagne des futurs candidats victorieux aux élections municipales, à Paris et à Montpellier, où le nouveau maire, Michaël Delafosse (PS), vise la gratuité totale, pour les résidents de la métropole, à mi-mandat, en 2023. L’évolution se fait progressivement. La métropole de Montpellier a ainsi lancé le 5 septembre la gratuité de son réseau pour ses habitants le week-end. Les élus procèdent par petites touches, « selon divers critères : tranche d'âge, week-end, réservé aux habitants… », observe Maxime Huré, président du comité scientifique de l'Observatoire des villes du transport gratuit. En effet, l'épidémie de Covid-19 provoque une nette baisse de fréquentation des réseaux (environ 50 %), avec le développement du télétravail et d'autres formes de mobilité, dont le vélo. Ce qui fait baisser mécaniquement les recettes et brouille les perspectives.Un plan global de mobilités propres« La gratuité des transports, c’est un moyen d'améliorer la qualité de l'air, de réduire les bouchons et de renforcer l'attractivité des commerces de proximité. Cette mesure s'intègre dans un plan global de mobilités propres, avec le partage de la voirie pour les vélos et la mise en place de bus en site propre », martèle Michaël Delafosse.Une mesure qui a un coût : 24 M€ par an, sur 39 M€ de recettes commerciales par an pour l’opérateur TaM. « Montpellier va devenir la plus grande ville de France à adopter la gratuité des transports, souligne Maxime Huré. Rouen, Clermont-Ferrand, Nancy ou Grenoble, qui n'ont pas encore tranché, vont regarder de près cette expérimentation à grande échelle. » D'après l'expert, la gratuité a plusieurs effets bénéfiques : bonnes habitudes prises par les jeunes, décloisonnement de certains quartiers, gain de pouvoir d'achat. *Fondation partenariale publique-privée de l’Université de Versailles Saint Quentin dédiée aux mobilités innovantes et durables.
ID Logistics continue son développement dans le sud
ID Logistics, Groupe international de logistique contractuelle depuis 2001, est implanté dans 18 pays et gère 320 sites dans le monde.Le Groupe se caractérise par des offres impliquant un haut niveau de technologie et une approche résolument durable.Disposant d’un portefeuille clients équilibré entre distribution, industrie, santé et e-commerce, ID Logistics continue son développement avec un nouvel entrepôt dans le sud. »Arthur Loyd Montpellier Nîmes a répondu à la demande de ID Logistics afin de trouver un entrepôt de 2 700 m2 à Frontignan pour un de ses clients.Nous remercions ID Logistics de leur confiance. Le site ID LOGISTICS
L’éveil de la Cité de l’Économie et des métiers de demain à Montpellier
Pour aider les entreprises à anticiper l’économie de demain, la Région Occitanie crée un lieu dédié à l’innovation, à l’expérimentation et à la prospective à Montpellier.Nom de code : Cité de l’Économie et des métiers de demain. Située dans le quartier Odysseum à Montpellier, ce nouveau site, exploité par la Région Occitanie, veut accompagner les PME d’ici face aux multiples mutations – économiques, technologiques, sociales, organisationnelles, environnementales – qui s’annoncent. En effet, d’après le cabinet Roland Berger, 60 à 80 % des métiers de demain n’existent pas aujourd’hui, 3 millions d’emplois en France (soit 42 % des emplois) seront bousculés par la transition numérique d’ici à 2035 et 25 % des métiers seront « considérablement modifiés » par l’automatisation à cette même échéance. « Anticiper les besoins de demain, expérimenter, encourager l’innovation, voilà comment nous pourrons garantir le développement de l’économie en Occitanie », explique Carole Delga, présidente de la Région.Mettre en lumière des exemples, et des erreursRaphaëlle Lamoureux, directrice de la Cité, a établi six axes directeurs pour bâtir des actions : construire, s’adapter, anticiper ; Digitaliser, robotiser, transformer ; (ré)-apprendre à apprendre ; Travailler dans l’entreprise de demain ; Produire, fabriquer, consommer ; Relier les hommes, l’économie et la nature. Le lieu est accessible à toutes les entreprises, et non pas seulement des entreprises avec un profil technologique.« Nous souhaitons mettre en lumière les sociétés qui ont su prendre certains virages pour s’adapter aux mutations, mais aussi donner à voir certaines erreurs, décrypte Marie-Thérèse Mercier, conseillère régionale qui a porté le projet. L’idée est de créer un écosystème réunissant entrepreneurs, chercheurs, représentants de l’enseignement supérieur et de la formation, ainsi que les organismes dédiés à l’accompagnement des entrepreneurs. » Un premier groupe de travail, intitulé « inventer les métiers de demain », a réuni des entreprises de différents horizons, tels que Nicollin (collecte des ordures ménagères et nettoyage urbain), Rakuten Aquafadas (édition de logiciels), Atelier Tuffery (fabrication de jeans) ou Futura Gaïa (solution d’agriculture verticale). De fait, ces entreprises ne se seraient pas rencontrées dans un autre contexte !Site web : www.citedeleco.laregion.fr. Cliquez sur l’onglet “événements” pour le programme !Par exemple, le 6 octobre, “ Lab by Station M : Innover et créer de la valeur », le 9 octobre, « Voyage au cœur des innovations managériales » et « Osez la transformation permanente », le 13 octobre, « Défi Tech Santé : garder le lien avec le patient »…Suivez sur twitter : @Cite_eco 
Nîmes

Nos publications

Actualités

Chiffres clés