contact
04 67 20 00 00

L’absence d’un établissement scolaire international en Languedoc est un frein pour l’attractivité du territoire, selon Royal Canin

Le territoire et sa vie économique
17 avril 2020

L’Hérault et le Gard sont dépourvus de collèges et de lycées publics internationaux. Un vrai frein pour convaincre des cadres étrangers de venir s’installer en région, selon la direction de Royal Canin (Aimargues), confrontée au problème.

« Le manque d’un collège international est particulièrement criant en Languedoc, observe Fabrice Ribourg, président de Royal Canin France (groupe Mars), leader mondial de la nutrition du chat et du chien et dont le siège social est à Aimargues (Gard). Les candidats étrangers savent qu’ils vont repartir. Pour leurs enfants, la question de la reconnaissance du diplôme sur un plan international est essentielle. » Conséquence : « C’est compliqué pour nous d’attirer des talents étrangers à Aimargues. Ceux qui acceptent, viennent souvent seuls, alors qu’ils pourraient attirer toute sa famille ici. Un établissement scolaire international serait un accélérateur économique fabuleux. Je remarque qu’il y a beaucoup de lycées français à l’international, mais une offre très réduite en France de collèges et lycées internationaux. »

Les interlocuteurs locaux se renvoient la balle


Royal Canin essaie de sensibiliser les collectivités depuis des années, pour la création d’une structure, « mais nous nous cassons les dents jusqu’à ce jour. Tout le monde se renvoie la balle entre Département, Rectorat, CCI, villes, agglomérations ! » Chez Royal Canin, des cadres étrangers « font la navette tous les jours entre Aimargues et Aix-en-Provence, où est basée leur famille ». L’IBS of Provence y est implanté, « mais c’est un établissement 100 % privé, avec un ticket d’entrée très élevé ». La problématique ne concerne pas que Royal Canin, précise Fabrice Ribourg, mais aussi « le CHU de Nîmes, le CEA Marcoule, des PME… ». En Languedoc, une école privée internationale existe certes à Baillargues (34), mais, d’après Fabrice Ribourg, « elle ne correspond pas au niveau d’attente des salariés ». Au niveau national, à travers la démarche Choose France, Emmanuel Macron place l’éducation et la santé comme des critères d’attractivité majeurs.

Articles en lien

La crise du Covid-19 met en évidence la sous-capitalisation des PME et TPE régionales

Il aura fallu un virus pour révéler ce constat partagé de longue date entre décideurs économiques.

Implantations de services : les critères-phares des dirigeants

Quels sont les critères de choix de localisation pour une implantation de services (sièges sociaux, back office, R&D) en France ?

5G : une décennie de rupture technologique à venir

Bienvenue dans le décennie 5G. Au fait, de quoi s’agit-il ?