contact
téléphone

Mobilité, ICC, végétalisation, urbanisme : Michaël Delafosse détaille ses intentions devant le Cobaty Montpellier Méditerranée

Le territoire et sa vie économique
29 juin 2021

Michaël Delafosse, maire PS de Montpellier, s’est adressé aux professionnels de l’acte de bâtir lors d’un dîner-débat organisé par Cobaty Montpellier Méditerranée, au Domaine de Grammont, le 22 juin. Mobilité, ICC, végétalisation, urbanisme : un large tour d’horizon.

200 professionnels de l’acte de bâtir de la région se sont réunis, ce mercredi 23 juin au soir, au Domaine de Grammont, pour un dîner-débat de Cobaty Montpellier Méditerranée. Le maire de Montpellier et président du 3M, Michaël Delafosse, s’est exprimé sur les projets de la métropole : mobilités, transition écologique, développement économique et notamment la santé et les ICC, et un urbanisme plus maîtrisé qu’auparavant. 

En premier lieu, la mobilité, sujet phare de sa campagne, 

avec la gratuité des transports mise en place depuis septembre 2020 pour les habitants de la Métropole (le week-end pour commencer), et depuis le 1er juin au moins de 18 ans et aux plus de 65 ans. Contrairement aux autres agglomérations comme Niort, Dunkerque, Aubagne ou Châteauroux, la gratuité se limite aux habitants de la métropole. « Pourquoi ? Parce que les habitants de la métropole paient trois fois : via les entreprises, les impôts locaux et le billet. Ceux de l’extérieur ne paient que le billet », explique le maire. En plus d’être une décision écologique, Michaël Delafosse ajoute que la gratuité du réseau de transport contribuera à l’image de la ville et à sa renommée. « Je construis un récit conquérant, et au second semestre 2025, je me rendrai dans toutes les métropoles de France pour défendre cette mesure ».  

Autre enjeu écologique, la végétalisation de la ville, à l’heure où le réchauffement climatique transforme le centre en îlot de chaleur urbain. « Dans 30 ans, Montpellier aura le même climat d’Alger, créant des risques climatiques importants (canicule, inondation, incendie) », alerte le maire, qui souhaite planter 50.000 arbres sur la prochaine décennie - sur le boulevard Clémenceau, la route de Mende etc. Un plan canicule sera déployé avec des îlots de fraîcheur ou encore des cours de récréation végétalisées en partenariat avec l’Agence de l’eau. « Le plateau des Bouisses, qu’on annonçait potentiellement urbanisable, peut devenir un grand parc d’agroécologie », suggère-t-il.  

Innovations et ICC

Le président de 3M a également rappelé les grands axes de l’innovation, devant Alex Larue, futur président de l’agence de développement économique (elle sera opérationnelle au 2e semestre, apprend-on). Et d’évoquer, dans le cadre du projet Med Vallée (Médecine Vallée), la mutation à venir de l’hôpital Saint-Eloi, qui accueillera sur les 10 prochaines années un hôtel d’entreprises, et où les chercheurs pourront accéder à leur laboratoire et leur startup au même endroit. MedXcell va implanter une usine au CHU de Montpellier pour développer une technique de régénération des cellules. « Cette technique permettra de traiter l’arthrose à 50 ans, et d’avoir 18 mois d’avance sur la Chine et l’Europe », indique Michaël Delafosse. Le projet, soutenu par un investisseur suisse, créera 100 emplois et fera passer le traitement de l’arthrose de 300.000 à 70.000 euros.  

Les Industries culturelles et créatives (ICC) contribuent également au rayonnement de la ville. « Le studio d’animation Dwarf Labs, basé à Pérols, a signé un partenariat avec Disney, France Télévisions, qui compte déjà des studios à Vendargues, projette d’en implanter de nouveaux à Fabrègues… » énumère le maire, qui assure que ces projets, et l’ancrage de France Télévisions, seront gage de « l’effet wahou » de Montpellier.

Un avertissement lancé aux promoteurs 

Michaël Delafosse en a également profité pour s’adresser aux promoteurs immobiliers présents, en leur rappelant son objectif d’en finir avec l’étalement urbain et les constructions dans le secteur diffus (hors Zac). « Il faut traiter les dents creuses, explorer des gisements fonciers, transformer et surélever l’existant… Votre profession est à un tournant », a averti l’élu. La porte est clairement fermée à des constructions dans le secteur diffus (hors Zac). « Le faire, c’est s’exposer à des recours, à des prix de sortie non maîtrisés, avec des parcelles achetées à près de 1.000 euros le mètre carré. L’urbanisme à la parcelle, celle qui fait qu’il n’y aura plus de maisons individuelles, qui chasse les classes moyennes supérieures de la ville et qui les remplace par des locataires dans des logements sous perfusion de dispositif de défiscalisation Pinel, on ne va plus laisser faire ! » Delafosse annonce que les promoteurs seront challengés lors des programmes à venir, selon des critères qui seront précisés en septembre. Parmi les secteurs urbanistiques porteurs : la Zac Pagézy en hypercentre (un potentiel de 70.000 m2), la Zac de la Restanque (« un immense terrain de renouvellement urbain »), Ode à la mer. Au-delà de la métropole, des territoires comme Lunel, Gignac, Ganges ou Lodève seront pris en compte par la future agence d’urbanisme, « pour mieux répartir la démographie sur l’aire urbaine. La métropole de Montpellier compte 480.000 habitants. On va aller jusqu’où ? Il y a une question d’acceptation de la croissance démographique », estime l’élu.  

 

 

Articles en lien

Baromètre Arthur Loyd 2020 : Montpellier gagne une place et monte sur le podium

Montpellier renoue avec le podium Arthur Loyd à l’occasion de ce baromètre 2020. Une performance qui doit beaucoup à la capacité d’innovation qu’affiche la Métropole, qui reste cependant en retrait en ce qui concerne l’immobilier tertiaire.

L’immobilier d’entreprise rebondit au 1er semestre dans la métropole de Montpellier

Après un exercice 2020 marqué par la crise sanitaire et une chute de 30 %, les chiffres du marché de l’immobilier d’entreprise de Montpellier et sa Métropole font apparaître une reprise nette de l’activité lors du 1er semestre 2020, indique, le 19 juillet, l’Observatoire de l’Immobilier d’Entreprise de Montpellier et de son territoire urbain.

Optimiser sa stratégie immobilière face à la crise

La crise sanitaire se traduit par la nécessité pour les entreprises de repenser leur stratégie immobilière. Dans le cadre du télétravail et du nomadisme, la réduction et/ou l’optimisation des surfaces deviennent un enjeu économique crucial.